Rechercher
  • laissezvivresoname

QUE RESTE-T'IL À DIRE ?




Dans ce monde ébranlé par la folie des grandeurs, nous sommes hyperactifs des mots, nous parlons sans cesse, et ce que nous disons est souvent vide de sens. Nous nous noyons volontiers dans une masse de bavardages et de pensées par habitude de comportement et nous passons à côté de l'essentiel.


Nous affirmons, nous donnons notre opinion ou jugeons de tout ce qui appelle nos sens, comme des ados trop hâtifs qui ne prennent pas le temps d'observer et d'écouter avant de réagir. Nous sommes ainsi dans cette réaction, en résistance face à l'autre, face à ce qui est inéluctable, dans la non-acceptation de la diversité qui émerge de la multitude, alimentant ainsi sans le comprendre notre propre dualité intérieur. Nous tournons en rond, littéralement.


Pendant longtemps j'étais ainsi. Ignorant du simple état de Conscience, de la plus simple équation de l'Énergie de Vie — Le "Je suis" et c'est tout ce qui importe. Je parlais sans cesse et je n'écoutais pas, par besoin de reconnaissance ou autre. En occident, on ne nous apprend pas l'observation consciente; nous n'avons pas d'autre choix que de trouver, au fil de nos expériences et de nos souffrances, le chemin vers Soi.


Ainsi pendant 30 ans j'ai été ignorant de ce que je suis. J'avais la certitude de savoir qui j'étais mais c'est bien cette certitude qui alimentait ma condition d'esclave conditionné, ce moi formaté prêt à tout pour garder son identité si réconfortante, si agréable, piégé dans un cadre qui m'offrait une certaine forme de sécurité, et qui était pourtant totalement illusoire.


Juger tout ce qui nous entoure et tout le monde, c'est se juger soi-même, car nous sommes tout cela. Comment expérimenter, apprendre et évoluer si l'on juge chacune de nos pensées et de nos actions ?


Je pense désormais que le chaos est la plus pure expression de la Liberté. Seul du chaos peut émerger l'harmonie, à la manière du jeune enfant qui dans son innocence joue de l'Instant avec son environnement par Amour de tout ce qu'il entreprend.

Juger, c'est refuser d'accepter, c'est refuser d'aimer naturellement quelque chose qui n'a pas encore été intégré à la globalité de ce que nous sommes, qui n'a pas encore été réunifié dans le "je suis".


J'ai donc fini par réaliser ceci : Parler n'est jamais vraiment juste. 🍂


La transcendance de l'Esprit ne peut se faire avec des mots, seul l'expérience émotionnelle individuelle dans notre lien à l'autre transcende la Conscience vers un nouvel ordre supérieur d'Union.

S'il l'on veut explorer les méandres de notre propre spiritualité, on ne peut pas pondre de généralités comme je l'ai fais moi-même ces dernières années, ici et ailleurs.

Notre Vérité nous est propre et ne sera jamais celle de l'autre, la seule énergie qui est commune à tous sans le moindre doute, la seule certitude qui doit persister, c'est L'AMOUR. ❤️


Tout ce que vous pouvez lire sur la spiritualité est avant tout valable pour la personne qui a posée les mots, mais en aucun cas ce n'est la vérité, votre vérité. Celle-ci, il n'appartient qu'à vous de la trouver.


Beaucoup se présentent comme "maîtres spirituels" et continuent de parler d'illusion et de vérité, d'ombre et de lumière etc... Ils n'ont toujours pas réunifiés cette dualité en eux, comme ce fût le cas pour moi; et cela mène naturellement à l'intolérance.


Aujourd'hui je peux le dire, je ne suis pas maître, je ne suis qu'un humble serviteur. Je ne suis rien, car je ne sais rien. Je suis conscient désormais que la plus grande sagesse émane du silence.


Si j'affirme, alors je ne suis plus dans la justesse, s'il est des croyances ou certitudes qui persistent dans mon mental, elles m'empêchent de percevoir l'indicible au Cœur de toute chose, et alors me noient dans une non-conscience de mon état originel.


Je me dois d'être vide de tout, pour être plein de cet indicible. Et dans cette absence identitaire émerge la plus pure humilité de laquelle émane à son tour la vraie Compassion (dans le sens bouddhique du terme). Plein de gratitude, vide du moi-conditionné qui juge, vide de certitude, vide d'identité, de désirs, d'attentes et de besoins, et donc vide de peur et de souffrance.


Notre réalité change à partir de cet instant, car nous ne projetons désormais plus que de l'Amour puisque c'est tout ce qui persiste. Toute la magie des contes est là, au Cœur de chaque particule qui nous entoure, là où la fleur de Vie laisse son empreinte dans toute chose.


La spiritualité n'est rien d'autre que le décodage de tous les symboles qui nous habitent auxquels on a accordé un autre sens, dans cette matrice.


Je pense aujourd'hui que la Présence et la Joie des moments et partages les plus simples sont les vrais portails qui mènent à l'Amour inconditionnel, à la reconnaissance de l'autre dans le Soi Divin Uni. 🏵️


Dieu n'est qu'Amour, et si je suis plein d'Amour, je suis donc ce que l'on nomme Dieu, dans son entièreté infini. Et mon feu éternel brûle dans un mouvement d'expansion croissante, de séparation, de redécouverte et de réunification de l'Amour.


Si tu y vois de l'égo, c'est que tu n'as pas compris. Car tu l'es toi aussi ce Dieu, de la même façon et dans son entièreté. Mais seul un état de Conscience supérieur peut permettre de le percevoir. Il est nécessaire de pousser les murs de sa Conscience pour y parvenir.


Et ainsi nous évoluons vers un Amour toujours plus grand, toujours plus beau, dans une vague éternelle de paix transcendante. C'est du moins ce que nous serions en train de faire si nous n'avions pas oublié notre nature, perdu dans la maya, ce rêve où l'état d'être est assimilé à l'identité conditionné.


Nous apparaissons d'abord séparés, afin d'explorer notre Divinité d'une infinité de manière, pour comprendre dans nos échanges que la souffrance, comme le bonheur est un état d'esprit qu'il nous appartient de changer, en retrouvant notre vrai pouvoir.

Et dans l'Union sacrée du féminin et du masculin, je suis, en accord avec le monde qui m'entoure, celui que j'ai créé; un moi supérieur uni, la Divine Essence réellement incarnée.


L'infini diversité de l'expression de qui je suis, est et sera toujours juste. ❤️


Si pour toi je suis dans l'illusion, c'est parce que ton égo a identifié ta vérité comme la seule valable, il est là l'égo spirituel par lequel nous passons tous (et moi le premier).

Avec le recul, je pense que la seule Véritable illusion est de refuser de voir ce qui est, avec accueil et bienveillance, parce que c'est plus facile, ou pour mettre en valeur son portefeuille et son égo.


Lorsque je réalise que tout est expérience, que bonnes ou mauvaises actions ne nous définissent pas mais sont nécessaires pour comprendre, apprendre et se retrouver; que reste-t'il à dire ?


Comme disait Bouddha, si tu veux être dans la justesse, contredits tout ce que tu dis. 🙏


Quant au faire, il ne peut venir sainement que de l'être. On ne peut se mettre en action qu'en connexion à l'Amour et à la Joie, jamais en se forçant.

De là émerge l'art le plus beau, les échanges et partages les plus vibrants et les plus évolutifs, les émotions les plus belles, dans l'abondance Divine et la sérénité de l'esprit.


Mère Nature nous offre chaque jour un spectacle merveilleux, qui est le plus bel exemple à suivre. Dans l'émerveillement et la contemplation de sa beauté et de ses mécanismes, il y a toutes les réponses.


En définitive, "il faut cultiver son jardin"


Avec tout mon Amour 🧡


53 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout