Rechercher
  • laissezvivresoname

FAIRE OU ÊTRE



Nous passons plus de temps à « faire » qu’à « être ». Cela signifie que parfois, nous vivons de manière tellement programmée que nous oublions d’être, de sentir. Nous passons notre vie à accomplir des tâches dans le seul but de les réaliser, comme si notre bien-être ne dépendait que de cela.


D’une certaine manière, nous vivons généralement plongés dans un programme : aller au travail, cuisiner, prendre un café avec des amis, aller à la salle de sport, laver des vêtements, prendre une douche, aller chez le coiffeur… Parmi des millions d’autres tâches. Telle est la programmation que nous pouvons avoir. Avant même d’avoir fini une tâche, nous pensons déjà à en commencer une autre. Et ce sans profiter de l’ici et maintenant, du présent


Parfois, nous oublions d’être, de nous arrêter et de réfléchir à qui nous sommes et à ce dont nous avons besoin. C’est-à-dire que nous avons tendance à concentrer une grande partie de notre énergie sur la réalisation de tâches et d’activités, sur l’organisation de notre temps et de notre agenda.


A tel point que nous laissons de côté le fait de vivre le présent, le moment que nous vivons. Nous nous concentrons sur l’avenir, en négligeant l’importance de vivre dans le présent


A certains moments, nous oublions de rire, de dire merci, d’apprécier la nature qui nous entoure, d’embrasser, d’enlacer, de montrer notre affection, de sentir l’air pur, de marcher librement, de savourer le goût d’un bon café…


Parfois, nous n’apprécions pas les petits détails de la vie quotidienne, mais nous nous préoccupons davantage de faire des choses et de les rayer de notre liste de choses à faire.


Ce n’est jamais assez


Ainsi, sans nous en rendre compte, nous pouvons devenir des personnes mécaniques, insatisfaites, frustrées, avec le sentiment constant que ce n’est jamais assez. Car lorsque nous passons plus de temps à « faire », notre liste de choses à faire peut être infinie


Réfléchissons, est-il vraiment possible de mener à bien toutes les tâches que nous nous sommes fixées ? Il restera probablement toujours quelque chose à faire.


Concentrer notre attention sur ce qui reste à faire peut entraîner un sentiment de frustration élevé de ne pas atteindre nos objectifs.


Et, en même temps, un niveau élevé d’insatisfaction, car « je ne parviens jamais à faire tout ce que je veux faire et, par conséquent, je ne suis pas satisfait de moi ». Ce qui se passe dans ces cas-là, c’est que l’image de soi et l’estime de soi dépendent des résultats obtenus et non pas tant de nous-mêmes


Dans notre liste de priorités quotidiennes, nous n’avons pas l’habitude de nous asseoir et de réfléchir à ce que nous voulons. A ce dont nous avons besoin. A qui nous sommes. En bref, nous passons plus de temps à « faire » qu’à « profiter », en allant au-delà de notre liste de priorités


Et si il était temps pour vous de prendre le temps et enfin ÊTRE


N’hésitez pas à convenir d’un rendez vous afin que je puisse vous y aider


Grégory

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

ÉCOUTER

 

©2020 par Grégory Wagner.